Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

lundi, 04 mai 2009

Les pommes de terre

REDUCIKLPAPASDRAPEAUBELGERecolte (54).jpgLa pomme de terre est un des piliers de la gastronomie européenne et particulièrement dans des pays comme la Belgique ou la France.
Voyez ci-contre elles peuvent même composer des couleurs nationales comme ici celles de Belgique.
Si Parmentier fait la réputation de la France et la pomme de terre dans sa cuisine, faisant même connaitre les pommes frites sous le nom de "French Fries".

La "frite" vendue même en établissement populaires spécialisés tels que les "Friteries" et autres "fritekot" est extrêmement liée à la gastronomie Belge qui a même fait de sa préparation un "savoir faire" à "secret" apprécié internationallement.

En 2008, l'année devient celle de "la pomme de terre" dans le calendrier des "célébrations" planétaires. Date à laquelle elle occupe encore la 4e place mondiale sur le plan de l'utilisation planétaire après les maïs, le blé et le riz, avec une production de plus de 320 millions de tonnes

Mais, il est clair que la pomme de terre vient des Andes Sud Americaines et plus particulièrement du Pérou. Où les Incas ont accentué la diversification les sortes, élargissant largement l'éventail des possibilités culinaires offertes par ces tubercules, connues par leurs prédécesseur depuis plus de 7500 ans.

 

 


La pomme de terre va contribuer à juguler des crises de famine en Europe, mais, une gestion aberrante, de monoculture et de calibration visant à réduire le nombre de sortes de pommes de terre pour en garder seulement quelques-unes parmis les plus appréciées pour leurs couleurs claires, de jaunes à presque blanche concentrera massivement ces pommes de terre sur des territoires très vastes. Cette action mettra en périls plusieurs économies européenne dont la faillite spectaculaire de celle d'Irlande en raison de " plaies ou maladies" qui en 1739 dévasteront les cultures de ces tubercules et les ressources des agriculteurs irlandais au point de provoquer une exode massive vers les Etats-Unis.

Des multinationales comme Mc Donalds et autres vont adopter un nombre extrêmement réduit de sortes de pomme de terre, pour en faire leurs pommes frites d'accompagnement de leur cuisine rapide ou "Fastfood". Des sommes très importantes vont alors peser sur les attitudes des agriculteurs en contact avec eux dans le monde pour consacrer l'essentiels de leurs champs destinés à ce tubercule pour ne choisir qu'une ou deux sortes de pommes de terre à chaque fois.

IKLPAPASRecolte (82).JPGREDUCIKLPAPASRecolte (68).jpgUne nouvelle tendance encore peu appuyée vise à renverser cette tendance et retrouver la pratique précolombienne des Incas, de leurs contemporains et prédecesseurs.

C'est le cas de notre ami l'ingénieur agronome péruvien Ladislao Palomino de l'INIA (Institut National d'Investigation Agricole - qui deviendra bientôt l'Institut National d'Innovation Agricole) qui est à la base de cette philosophie et a su avec compétence épauler divers projets dans ce sens dont celui de l'archéosite de Inka Llacta®. Qui dès fin 2008 plante une soixantaine de sortes de pommes de terre dans ses champs. En soignant les techniques anciennes. assurant donc pas de fertilisants industriels ou chimiques non naturels, les protégeant lors de leur croissance par la proximité d'autres plantes, utilisation des propriétés d'allélopathie permettant d'assurer une protection optimisée naturelle. Ici, les outils sont aussi ceux utilisés par les Incas il y a plus de cinq siècles: Chaquitaclla, makitaccla, raucana, cupana etc. Car c'est la volonté des créateurs et réalisateurs de l'archéosite Inka llacta®.

Ceux-ci visent à retrouver la grande diversité qui existaient dans les Andes dans leurs différents étages, tenant compte des micro-climats et types d'expositions.
Les pommes de terre natives, les pommes de terres colorées si riches en beta carotène et en antioxydant véritable sources de jouvence, excellentes pour la santé (en plus des amidons et sucres) et désormais très appréciées même dans des restaurants gastronomiques comme l'Inkanato® qui a fait des produits accessibles aux hautes noblesses Incas sa spécialités et a même créé sur cette base à l'instigation de son patron Belge, la cuisine Novoinka®. Leur diversité est souvent marquée par des couleurs allant de très différentes à des nuances de couleurs si tenues qu'il est nécessaire d'utiliser des échelles internationales de palettes de couleurs.REDUCPapastABLACOLOR (18).jpg

REDUCflPapas (35).jpg

 

 

 

Papas (11).JPG

 

 

 

Ladisalo Palomino, a la très grande générosité de partager avec agriculteurs, cuisiniers et autres chefs ses connaissances et le résultats de ses travaux dont il a la modestie extrême de dire qu'il en connaît encore très peu et que la somme de celles possédées par les anciennes cultures andines étaient considérables. Revalorisant aussi de la sorte le patrimoine traditionnel des andins des zones rurales actuelles.

REDUCPapas (52).jpg

Papas (55).JPGCi-contre les chefs Q'ente Mario Campos et Soncco Sua Elena Gamarra de l'Inkanato®, le restaurant achéosite inca, ayant coupés diverses pommes de terre sélectionnées pour leurs qualités et couleurs, les ont coupées en fine tranches pour en faire des chips de qualité supérieure.

 Mais présentent aussi, les produits naturels des champs d'Inka Llacta®

 

 

Commentaires

Ma première expérience en cuisine : Une galette des rois. ( J'avais confondu la farine et le sucre ). Maintenant cela va mieux même si je fais toujours quelque chose de travers XD.... Je ne dois pas être très doué, seulement ce n'est pas pour rien qu'on parle d'art culinaire. Il va me falloir un peu d'entrainement pour être un artiste ^^

Écrit par : Jeux de moto | mercredi, 30 juin 2010

Alors un excellent billet!!
C'est pas vraiment la première fois que je viens parcourir ce blog perso: mais aujourd'hui, je me sens obligée de laisser un commentaire.
Vas-tu à nouveau rédiger au sujet de ça ??
En tout cas encore bravo !!

Écrit par : Tapis | lundi, 18 mars 2013

Les commentaires sont fermés.