Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

mardi, 21 juillet 2009

Le Pérou Empire du Soleil...et de la Lune

Couverture1.jpg  Couverture2.jpg
Le Pérou
Empire du Soleil...et de la Lune
écrit par Guy Vanackeren
ouvrage rédigé en français en 2 opus (Tomes)
respectivement de 276 et 408 pages
Un ouvrage de lecture facile, à l'intention de néophytes et autres amateurs qui ne dédaigneraient pas de briller quelque peu en réunions d'amis voire de spécialistes sur le thème du Pérou, son histoire depuis son peuplement, ses cultures, ses sites, des villes, sa faune, sa flore, sa cuisine, quelques personnages importants de son histoire, touchant à des thèmes comme l'Empire Inca, son agriculture, son architecture, ses techniques, ses produits alimentaires et sa gastronomie, quelques personnages marquants, ses volcans, des musées, ses archéosites, la conquista et ses protagonistes etc.
Autant recommandé pour les voyageurs (bien entendu!), que d'un autre côté pour les étudiants qui doivent ou souhaitent aborder le thème du Pérou et de ses cultures, les passionnés de grandes civilisations etc.
Appuyé sur une large bibliographie présentée dans l'ouvrage et plus de 20 ans d'expérience du pays, de travaux et recherches sur la culture Inca.
Préfacé par l'Historien Eduardo Dargent "Prix Christophe Plantin". Professeur à l'Université San Martin de Porres. 

samedi, 19 juillet 2008

Nasca

69b5978a895baefffa87758c19ba9761.jpgApparemment la question de savoir si les dessins de la plaine de l'Ingenio et zones avoisinantes comme le laissaient entendre des auteurs comme Erik Von Daniken, Robert Charroux et autres, pourraient être le fruit de travaux d'êtres extra-terrestres servir de pistes d'atterrissage ou soucoupes volantes du passé etc est toujours présente chez certains.
Que répondre ?
Pour ce qui est de l’existence de vie ailleurs dans l’univers,
La simple probabilité, compte tenu du nombre de systèmes dans l’univers et des conjonctions de conditions multiples ferait que même s’il devait être établi qu’il n’y a qu’ une chance sur un milliard, la vie serait alors présente sous plusieurs formes plusieurs millions de fois.
A quel stade de vie, sous quelle forme, quels cycles, quels stades dans l’evolution ?
Ces questions sont vastes sachant que sur terre seulement les formes de vies sont innombrables, micro-organismes, et conditions de vie qui vont du fond des abysses aux sommets montagnards, en passant par désert, jungle, climats tempérés et des changements brutaux de conditions qui modifieront aussi le panorama non seulement ambiant mais aussi d’un grand nombre d’espèces. Devenant parfois (catastrophes naturelles comme éruptions volcaniques, tremblements de terre, inondations, désertification, chutes de météorites de grandes dimensions, etc) fatales pour certains et permettant l’apparition et le développement d’autres.
Les signes et moyens de communications de ces formes de vies sont innombrables et souvent multiples pour chaque espèce (couleurs, odeurs, sons, saveurs, tactiles, mouvements, formes, etc) dont certaines plus ou moins constantes et d’autres variant selon les conditions externes et/ou internes émanant des espèces dont question portées ou laissées en zones spécifique et généralisées par espèces dans leurs milieux.
Certains éléments propices ou adverses à certains types de vie peuvent être véhiculés naturellement par des bolides naturels commes les météorites et bouleverser un panorama selon la taille de ce dernier et les concentrations chimiques qui ne composent et les reactions générées dans la “rencontre”.
Si l’on veut faire état de système de vie développant des facultés et/ou technologies très développées permettant des communications et moyen de communications et transports sophistiqués ou non il est à noter qu’ils ont tendance à se reproduire sur l’ensemble des parties à conditions proches. Et plus elles se developpent plus elles ont tendance à communiquer et étendre leurs réseaux.
L’évolution étant souvent liées à la volonte ou la nécessité de tendre vers tout éléments captes qui a acquis un degrés de connaissance, technologie ou autre qui permette de nouvelles avancées. Sans obligatoirement impliquer la compréhension des éléments dont question.
Pour ce qui concerne Nasca ou Nazca, voyons s’il existe sur d’autres supports les éléments présenté sur la grande table de travail de la Pampa de l’Ingenio et autres.
Par exemples:
f2fb1b948328e5d399c2a0feb38ba998.jpgLes motifs de grandes tailles (plusieurs dizaines à plusieurs centaines de mètres de diamètre) sont presentés, appartiennent-ils à leurs milieux, à leurs arts etc?d921a8095bfe2c8064f2a550214feb16.jpg
Effectivement les motifs figuratifs présentés: araignée, colibri, condor, baleine, singe etc se retrouvent à la fois dessinés sur la plaine de l’Ingenio sur d’autres supports réalisés par les artistes de la culture Nasca comme sur des poteries et autres céramiques par exemple, résultat d’observations directes ou rapportées d’éléments existant à leur époque comme ceux mencionnés ci-avant.
De plus le style ou la stylisation des dessins est identique et tend à s’identifier culturellement comme Nasca
sachant par exemple que les Mochicas, Chimus, Waris et autres ont représenté certains des éléments figuratifs mais dans une stylisation et maitrise artistique très différenciées ou très différentes.2686c6af61e1b54f14b119114aeb194a.jpg
Elements qui peuvent donc aisément laisser à penser que ce sont donc bien des Nascas qui ont réalisé les dessins de grandes dimensions de certaines de leurs plaines faisant fi ou presque des petits accidents geographiques.
Mais disposaient-ils des techniques et/ou technologies nécessaire à l’élaboration de ces dessins, même s’il n’ont pas l’occasion d’en voir le résultat final faute de point d’élévation.
En effet, ces dessins sont réalisés aisément en balayant ou raclant le sol.
Sachant que le tracé n’est guère profond. Les systèmes de visée base du travail du géomètre sont connus. Pour agrandir un dessin il faut fixer des mesures et pouvoir les reproduire et les multiplier. Les cordelettes à noeuds, d’une à grand nombre de coudées le permettent sur un principe qui semble avoir été testé en un lieu appelé aujourd’hui “El 2ff7c0087804dc66542064cd83dd077f.jpgTelar” muni d’un promontoire permettant de verifier l’exactitude de théories de ce principe mathématique et graphique duquel on peut voir différents dessins de quelques mètres dec825ab2c4192f3b74f1dc43ca6933914.jpg diamètre comme la spirale par exemple.
Nasca est située en plein désert et sa population doit tenter de gérer sa vie et sa survie en fonction des conditions spécifique de la région et de ce que sol et ciel peuvent bien annoncer.
Maria Reiche la mathématicienne allemande qui assura la renommée internationale du site affirme que la moyenne de pluviosité de la zone est d’environ 1/2 heure tous les…deux ans!
Si la végétation fait un peu défaut pour obtenir des indices, le ciel peut parfois en apporter d’important pour ceux qui y croient ou savent regarder et interpréter surtout si leur vie en dépend.d052afe931013ab445d36ead557e4c1e.jpg

vendredi, 15 février 2008

Que sait-on des Incas et par qui ?

3a00de8796dbde410e50fe1faba0afb5.jpga4e2389a2fe6a2447264147b81560604.jpgIl faut d'abord se rappeler une première chose, c'est que la culture inca, n'était pas au nombre de celles qui étaient éteintes, disparues, oubliées depuis des siècles lorsqu'arrivèrent les conquistadores espagnols.
Elle était blessée, meurtrie peut-être, notamment par les guerres qui la divisaient, mais, elle était vivante, en pleine activité et toujours la plus importante d'Amerique du Sud lorsque les conquistadores ibères commencèrent leur conquête armée.

Si d'aucun sont soudards illettrés ou analphabètes, comme leur chef Francisco Pizarro qui ne sait ni lire, ni écrire, tout juste sait-il signer son nom avec les fioritures qui indiquent son statut d'hidalgo, il en est d'autres qui maitrisent fort bien le lire et l'écrire et l'accompagnent tel: Hernando Pizarro, Miguel de Estete, et autres écclésiastiques tel Valverde.
Ils s'installent dans les maisons , palais, temples des Incas ou de leurs autres sujets, font des enfants à leurs femmes, soeurs, filles, etc, mangent partie de leurs produits, sillonnent leurs pays et couchent sur papier et autre velins ce qu'ils voient, leurs impressions, les faits et gestes, font des ouvrages qui leur assurent intérêt et notoriété dans les salons européens.

Il y aura d'une part ceux arrivés d'Europe, puis les générations suivante avec les premier f3fdbafb624a54679c835999d765ab44.jpgmétis, comme le célèbre Inca Garcilaso de la Vega de mère Inca ou encore Blas valera de mère Chachapoya et dont les pères étaient Espagnols et purent donc d'une part affirmer connaitre courramment les langues maternelles, et d'autre part affirmer que des membre du côté maternel (Oncles, tantes, grands parents, cousins etc) de leur famille leur ont rapporté tel ou tel éléments traditionnels, historiques ou légendaires et pour le reste ils leur suffisaient de décrire ce qu'ils voyaient au quotidien.

Puis d'autres illustreront même de dessins ce qu'ils voient ou transcrivent, tels Guaman Poma de Ayala ou encore Martin de Murua. Nous nous sommes demandés d'ailleurs ce que donnerait en réel le dessiné par ces derniers, alors avec l'aide des membres et amis des archéosites Inkanato® et Inka lacta® repris notamment dans Le Pérou Empire du Soleil et de ...la Lune de GV. 6b3e2491599f58d5ca9e8f0920e13d5d.jpgwww.perou.net ,

 

Guy Vanackeren© 3e3c960b91c2ef8b86897c09979af6cd.jpg