Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

vendredi, 15 janvier 2010

Que mangeaient les Incas ?

Là aussi le débat est large!
Il y a tout ceux qui pensent qu'ils ne mangeaient que peu de choses produites aux alentours de la ville de Cusco.
Et se résumait à quelques tubercules de type pomme de terre, oca, olluco, sous forme parfois de chuño (Pomme de terre déshydratée) ou moraya, du maïs et les jours de fête du cochon d'Inde.

Si l'on parle de la population de base, les moins riches des zones andines il est possible qu'on se rapproche un peu du fruits régime quotidien.

Mais, si l'on fait référence aux chefs, aux Curacas, aux Nobles et plus encore au Sapa Inca (Empereur Unique), le panorama est tout autre. Luculus lui même serait tombé en pâmoison devant les innombrables possibilités culinaires et gastronomiques de l'époque.

Comment peut-on le savoir ?
23d6200731156bd81eb15bf3939e12b5.jpgD'abord parce que dans les cultures qui ont précédé les Incas comme à Caral (et là on remonte à près de 3000 ans avant JC), les gens de la côte consommaient des produits de 43809cd6438f222c34d74c745fba7a92.jpgl'océan Pacifique (des anchois, sardines jusqu'à la baleine), de la côte, des Andes et d'Amazonie. Sachant qu'on a retrouvé des vestiges et reliefs de noyaux, coquillages, semences, os, dans les remblais et poubelles de Caral appartenant à ces trois régions.

Elements qui est confirmé par la déclaration commune de ce que l'Inca mangeait à Cusco du poisson frais du Pacifique grâce à l'efficacité du système de communication mis en place avec des chaski "postiers" aux jambes particulièrement véloces.

745792fe887886befa4588e6075f11dc.jpgAutres éléments sont ceux que l'on retrouve peint sur les céramiques et autres plats, lesd5e1ef56bedaad1897aff244deceac30.jpgf227647b4d150b9155009533845f07b3.jpg éléments figuratifs (poissons, fruits de mer, tubercules, cereales, fruits, cervidés, alpaca, gibiers, etc) représentés en deux et trois dimensions sur les céramiques incas et pré-incas tant du Sud (Nasca, Paracas,..) que du Nord (Mochicas, Chimus, ...).

Enfin il y a simplement le patrimoine de la biodiversité native (datant d'avant l'arrivée des Espagnols) ou accessible à la haute noblesse de l'Empire, utilisable et utilisée sur les plan alimentaires, thérapeutiques, magiques.

Et divers ouvrages ont été écrits sur ces thèmes ou les reprenant largement tels: La Alimentacion en el Tahuantinsuyo de Ciro Fuertes, La Cocina de los Incas, de Rosario Oliva Weston, Cien siglos de pan de Fernando Cabiesse, Le Pérou Empire du Soleil et de la Lune de l'auteur de cette note etc. 

De plus des restaurants commencent à s'intéresser au thème, il y a par exemple l'ouverture relativement récente (2005 et 2006) des restaurants Sonccollay® à Arequipa et Lima de Walter Bustamante qui presente sa cuisine pre-inca cuite sur gros gâlets et des théories sur l'origine des langues et autre sur son site www.colcaperu.com . Le cadre est très sobre et ne fait pas spécialement référence au passé, si ce n'est le kheru à boire et le fait qu'avec une certaine malice Walter Bustamante présente ses plats sans couteau ou fourchette histoire de voir la réaction de ses clients.

 Et évidemment, il y a le précurseur de la recherche gastronomique précolombienne, Inca et créateur de la cuisine Novoinka®, le restaurant archéosite Inkanato® à Cusco, www.inkanato.info  qui date lui de fin 1999 et qui recrée depuis son ouverture réalisés avec des produits natifs du Pérou ou accessibles à la haute noblesse Inca avant l'arrivée des Espagnols. Poussant le c4d3e4bff66910a1d8c669ce7021caea.jpgbfcf66b362c52392a69beb2bbbb6f229.jpgdétail en vous faisant manger dans des assiettes répliques exactes de cette époque, servis en costume et dans un cadre de circonstance. Et ses chefs Soncco Sua (alias Elena) et Q'ente (alias Mario) vous démontrent les délices et raffinement culinaires et gastronomiques qui pouvaient être développés pour les grandes panacas de l'Empire Inca à son apogée. Et font de leur établissement un des meilleurs de Cusco.

Une liste exhaustive des produits de l'époque. Ce serait trop long. Mais pour un tout petit aperçu disons qu'il y avait entre autres, plusieurs centaines de types de pommes de terre, de patates douce (camote), du yacon, de la maca, des cacahuètes, des cochons d'inde, de la viande d'alpaca, de la viande de cervidé, de sorte de perdix, de pisaca, et autres 1f17571a1a4702010987edaaa85a2a0b.jpgoiseaux, d'un type de gallinacé, des fruits de mer, crabes, langoustes, homards, coquillages, moules, des fruits de types pepino, lucuma, des pacaes, des coconas, des sachatomates, des caiguas, des capulis et autres baies telles l'aguaymanto, la quinua, la kiwicha, le tarwi, des piments, du sel, des herbes aromatiques, etc.
 En rappelant évidemment qu'avant la conquista espagnoles on ne connaissait donc pas en Europe, les pommes de terre, le maïs, le chocolat, les tomates, les cacahuètes, les piments et nombre d'autres produits devenus aujourd'hui piliers de bons nombres de cuisine en Europe et dans le monde. 

Bon appétit!

Guy Vanackeren©

 

dimanche, 08 mars 2009

Inka Llacta® et la Gastronomie de l'Inkanato®.

Inka Llacta® et la Gastronomie de l'Inkanato®.

IKLGastronomie (20).JPGL'archéosite de la Cité Inca... en construction comme au XVe siècle et la gastronomie potentielle de cette époque correspondant à l'apogée de l'Empire Inca.

C'est aussi la spécialité du restaurant archéosite éponyme de Cusco où a été créée la cuisine Novoinka® dont la principale caractéristique est d'être composée exclusivement de produits accessible à la haute noblesse Inca en cette période faste.

L'association des deux donne tant à Cusco qu'à Ancahuasi une nouvelle approche de la vie quotidienne de cette époque d'une part mais aussi de nouvelles saveurs, textures, couleurs, à travers une multitude de produits dans une vaisselle parfois étonnante que nous révélèrent fouilles archéologiques, musées et populations andines.

Avec une fraicheur remarquable dont le slogan aurait pu être "des champs à l'assiette pour les saveurs de l'histoire" une gamme de nouvelles recettes coïncidant avec la découverte internationale des hautes cuisines péruviennes.

 IKLGastronomieCuisineext (46).JPG

mardi, 06 janvier 2009

Revenir de voyages en sachant cuisiner local

Voyager c'est partager des moments précieux avec ceux et celles qui vous accompagnent ou que vous rencontrez, mais c'est aussi au retour tenter de communiquer vos impressions, tenter de partager encore avec ceux qui sont restés où sont partis ailleurs,

Pour cela il y a les albums photos, internet (Facebook, Hi5, les blogs, pages webs, youtube etc), les projections.

Il y a désormais en plus, aussi la possibilité (pour tous et toutes) de parler de la cuisine locale et mieux encore, au retour de voyage, de faire déguster aux membres de la familles, amis ou connaissances pour certains un apéritif spécial de "là-bas", une boisson, une mignardise, une entrée, un plat de fond ou un dessert lorsque l'on revient du Pérou!

C'est la possibilité qu'offre le restaurant Archeosite "Inkanato®" à Cusco au Pérou.
La formule était apparemment attendue car plusieurs agences de voyages comme la belge Aventura Latino Americana®,
offrent désormais plusieurs possibilités de voyage à caractère gastronomique et/ou culinaire allant de:

cfdc4a92bd87c20b0125c54e415c5cd6.jpga3b19b47b2b34f1a3edb4c6a342f6954.jpg  InkanatoPreparations (38).JPG

3 heures à l'Inkanato® dont 1h30 environ de preparation et 1h30 de dégustation de ce que l'on vient de préparer.
Et pourquoi pas mélanger actualité et histoire.
Plusieurs jours de cours incluant même dans certains cas visite de marchés ou de zone de production ou de distribution
une meilleure connaissance des produits locaux et l'apprentissages de plusieurs plats ou boissons.
Des voyages axés sur la gastronomie en mangeant dans des games de restaurants choisis, la possibilité de s'entretenir avec quelques chefs de découvrir des cuisines comme: "Novoinka®" création de l'Inkanato, cuisine "fusion", Cuisine Afropéruvienne, ou régionales.

 InkanatoNourriture&Plats (17).JPG

 Inkanato (3).jpgInkanatoPlatNovoinka.JPG

 

 

 

 

 

 

DSC_1456.JPG